Beaujolais : Less sugar, more pesticides (1)

« Je ne peux pas vous fournir la formule menant au succès mais je peux vous donner celle de l’échec : Essayer de plaire à tout le monde » Herbert B. SWOPE ( 1882-1958)

« I can not give you the formula for success but I can give you one of failure: Try to please everybody » Herbert B. SWOPE (1882-1958) 

Il y a 25 ans des camions de sucre sillonnaient les terres du Beaujolais pour contribuer à une chaptalisation excessiBeaujolaisve. Il y a 20 ans les appareils d’imagerie à résonance magnétique des Hôpitaux de Lyon aidaient le service des Douanes Françaises à détecter les sucres de betterave ajoutés dans les vins du Beaujolais. Aujourd’hui on traque les bois non naturels et les pesticides : Selon la romancière Patricia CORNWELL, je cite : « La chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse ( CG-SM eut être utilisée pour anamyser les déoxy-inositols (notamment le pro-quercitol). Voilà un moyen trés intéréssant d’identifier l’origine botanique des bois naturels utilisés pour le vieillissement des vins et alcools pour en garantir l’authenticité dans les sols et dans le vin lui-mêmité. Par exemple, un viticulteur prétend qu’un vin rouge a été vielii en fûts de chêne français. La CG-SM prouve que
non, le vin a été vieilli en fûts de chêne américain.

Dès 2009, nous avions souligné la présence de pesticides dans les sols et dans le vin lui-même. Cette question devient aujourd’hui prégnante. Selon plusieurs études départementales en témoignent, même si elles manquent de précisions cf les cartes établies par  Raphaël SCHIRMER  – Le Beaujolais fait partie des régions particulièrement touchées. A tel point que, à Lyon  le  Cancéropôle CLARA a lancé depuis 2014 une étude pour recenser les risques pour la santé pour les populations du Département du Rhône, populations habitants à proximité des exploitations viticoles. 

Capture d’écran 2016-05-16 à 10.00.33

25 years ago, sugar trucks plying the Beaujolais land to contribute to excessive chaptalisation ( to add sugar). 20 years ago imaging devices magnetic resonance Hospitals of Lyon helped t
he service of French Customs to detect beet sugars added in the Beaujolais wines. Today we hunt unnatural wood and pesticides: According to the novelist Patricia CORNWELL, I quote : 
 « The gas chromatography linked to mass spectrometry (GC-MS was used to be the anamyser deoxy-inositol (including pro-quercitol). This is a very good way to identify the botanical origin of natural wood used for aging wine and spirits to ensure its authenticity in soils and wine. For example, a wine producer claims a red wine was aged in French oak barrels. the GC-MS prove that  the wine was aged in American oak barrels.

From 2009, we noted the presence of pesticides in soil and in wine. This question now becomes pregnant. Several departmental studies have shown, even if they lack details see the maps drawn by  Raphaël SCHIRMER

Beaujolais is one of the most affected regions. At which point, The  Cancéropôle CLARA ( Local Agency for Research on Cancer in Lyon) launched since 2014 a study to identify health risks for the population of the Rhone district, residents populations nearby vineyards.

La publicité pour le vin reconnue d’utilité publique…..

« En janvier 1789 Necker préparait toutes sortes de stratagèmes ingénieux pour améliorer l’efficacité des emprunts d’Etat : comme si l’on pouvait remplir le tonneau des Danaïdes en prenant un seau plus grand » « La nuit de la faillite » de Gaspard KOENIG (né en 1982)

La publicité pour le vin reconnue d’utilité publique…….au début du XX° siècle.

Capture d’écran 2014-12-18 à 16.42.07

Des hommes au service de la vigne (3)

« Dans le domaine du vin ? Il n’y a plus de choix qu’entre des vins qui ont passés dix-huit mois en barrique neuve, parce que certains œnologues à la mode n’aiment que le goût du chêne, ou les vins oxydés de ceux qui ont fait du vin « bio » une idéologie. » Natacha POLONY (née en 1975)

PECH ROUGE

Nous avions évoqué les saccages successifs dont a été victime le centre de recherches INRA de Colmar en Alsace qui et a travaillait  sur la lutte contre le court-noué. Il travaille aujourd’hui sur le phénotypage de la vigne. Dans un autre centre  INRA Pech Rouge à Gruissan près de Narbonne, des hommes et des femmes travaillent, entre autres projets,  pour acclimater des cépages résistants aux maladies fongiques, maîtriser l’irrigation de la vigne ou encore mieux exploiter les méthodes de réduction du taux d’alccol dans le vin, déjà évoquées dans  cette  colonne, comme l’osmose inverse.


Exemple le projet IRRI-ALT’EAU (2013-2015) :  Ressource en eau alternative en quantité et qualité maitrisée pour l’irrigation de la vigne. Ce programme a pour objectif de démontrer la faisabilité d’une nouvelle pratique d’irrigation de la vigne par les eaux résiduaires urbaines traitées à plusieurs échelles (parcelle – exploitation – vignoble). L’eau de ville et l’eau agricole prélevée dans le canal de Lastours sont utilisées pour irriguer les rangs de vigne témoin, sur deux parcelles de cépage Viognier et de cépage Carignan.


 

Pour en savoir plus 

Institut Français du Vin

GEVES   Groupe d’Étude et de contrôle des Variétés Et des Semences

Chambre d’Agriculture de l’Hérault


Voir aussi 

Des vignes sans hommes ?  

Des hommes au service de la vigne (2)

Les marronniers du 2 novembre

Palliatif« There was nothing more that could be done ? There is so much more to be done » Dame Cicely SAUNDERS (1918-2005)

Dans les médias, personne n’échappe aux maronniers[1], même pas les wine’s bloggers. Le jour des morts, pour moi, sera l’occasion aujourd’hui de rendre hommage à tous les professionnels des soins palliatifs pour la qualité de leur travail de prise en charge et de leur accompagnement des personnes en fin de vie. Le vin, entre autres, contribue au bien-être des patients pris en charge, au même titre qu’une alimentation adaptée et de grande qualité ou encore que la cigarette. la Maison de Gardanne, une unité de soins palliatifs des Bouches-du-Rhône (France) possède même une importante cave constituée grâce à une collecte faite lors de manfestations caritatives.

[1] Article de circonstance publé traditionnellement à certaines dates (Gilb. Mots contemporains, 1980) Source : ATILF http://atilf.atilf.fr/tlf.htm  

#fiscalité du #vin et #Sénat

« Dans la bibliothèque de Harvard, quelqu’un voulait ouvrir la fenêtre, et je ne le souhaitais pas. Nous avons ouvert la fenêtre de la salle voisine, où il n’y avait personne – Ce n’était pas un compromis, puisque aucun de nous deux n’avait renoncé à son souhait ; nous avons eu chacun ce que nous voulions : je ne voulais pas que le vent du nord me tombe directement dessus. De la même façon, l’autre occupant souhaitait simplement que la salle soit plus aérée. » Mary Parker FOLLETT (1868-1933), pionnière de la théorie des organisations.

En février 2014, un rapport du Sénat français a épargné au mond du vin de nouvelles taxes : « Il semble que la fiscalité du vin constitue un sujet tabou sur lequel les marges de manœuvre soient limitées»

Pourtant, « Le vin, qui représente plus de la moitié de la consommation d’alcool pur des ménages français, ne compte que pour 3,6 % du produit des taxes », montre le rapport. A l’inverse, les spiritueux assurent 80 % du rendement fiscal, alors qu’ils ne représentent qu’un cinquième de la consommation.

Malgré cela les sénateurs estiment qu’Il faut tenir compte du « poids économique et culturel de la filière vitivinicole dans notre pays ». Avant de conclure : « En termes de santé publique, le choix d’une moindre taxation du vin peut se justifier. » Les jeunes, cibles prioritaires de la lutte contre l’alcoolisme, consomment en effet beaucoup moins de vin que de bière ou d’alcools forts. Et la consommation de vin a déjà été divisée par trois en cinquante ans. Restons prudents avec la nouvelle majorité sénatoriale, qui peut prendre une nouvelle orientation.

 

Le bon vin ne fait pas dormir !

sommeil« Je préfère le Purgatoire parce qu’il y a la possibilité que les choses changent. Pour les autres que ce soit au Paradis ou en Enfer, tout est fini. C’est là qu’ils seront, pour toujours. » Donna LEON (née en 1942) – Péchés Mortels  –

Démenti à la célèbre chanson à boire  le bon vin m’endort... , un synthèse de  27 études  scientifiques et médicales tendent à montrer qu’au contraire l’ingestion tardive d’alcool trouble le sommeil.  Cela surtout dans la deuxième partie de la nuit, même si un sommeil rapide peut survenir d’emblée.

Pourquoi les Français boivent-ils moins de vin ?

« La vertu politique est un renoncement à soi-même, qui est toujours une chose très pénible » Charles-Louis de Secondat,  dit MONTESQUIEU (1689-1755)

« On apprend aux hommes à être honnêtes gens, et, sans cela peu parviendraient à l’être » VOLTAIRE (1694 -1778)

 La question titille les chroniqueurs du vin, les défenseurs de « l’exception française » et le microcosme culturel et sociologique       . Pourquoi les Français boivent-ils moins de vin ? Pourquoi le bar du village a-t-il été remplacé par la pharmacie ? Modes de vie, changement culturel, urbanisation et vie au bureau :  Un récente étude de la  BBC nous apporte quelques éléments pour satisfaire notre curiosité.

Des chiffres et des litres (3) : Baisse de la consommation ?

« Le pouvoir n’use que ceux qui ne l’ont pas » Giulio ANDREOTTI (né en 1919)

 Alors que les exportations françaises de vin battent des records (en chiffre d’affaires, pas en volume), il est vraisemblable que la consommation ne cessera de baisser en France dans les vingt prochaines années. Elle a déjà perdu plus de 17 % sur les huit dernières années.

Une équipe de l’Ecole Supérieure de Commerce de Pau a publié en juillet dernier dans l’International Journal of Entrepreneurship and Small Business  une étude de référence. Trois générations ont été étudiées

  •  Les plus de 65 ans qui consomme régukièrement en famille et entre amis.
  • Les 30-40 ans ont une consommation occasionnelle et festive.
  • Les moins de 30 ans redoutent les dégâts sur la santé et considèrent le vin comme un produit de luxe.

De plus, la part des non-consommateurs absolus est passée de 19 % en 1980 à 38 % en 2010. Elle s’établira à 43 % en 2015.