Un nouveau tryptique (1) : GSM ?

« La plus grande chose que l’argent nous permet, c’est la discrétion. » Paul MELLON (1907-1999) GSM cépageDepuis 1982, GSM est une norme internationale pour les téléphones cellulaires numériques. Aujourd’hui sur les bouteilles de Californie ou du Languedoc, ce nouveau tryptique incarne 3 cépages Grenache, Syrah et Mourvèdre :

Le Grenache Rouge est un cépage de cuve noir très cultivé en Espagne et en France. Ce cépage s’épanouit ( comme le Mourvèdre et la Syrah) dans les départements méditérranéens français et la plupart des régions viticoles d’Espagne. Il fait partie de la plupart des AOC/AOP : châteauneuf-du-pape, cêtes-du-rhône, côtes-de-provence, côteaux-du-languedoc et les vins doux naturels (banyuPaul Masls, maury, rivesaltes et rasteau). En Espagne, il fait partie de l’encépagement de la Rioja, associé au tempranillo.  L’origine de la Syrah est controversée :  Schiraz en Iran serait l’endroit où le Chevalier de Stérimberg l’aurait trouvé et ramené sur le coteau de l’ Hermitage en 1224. D’autres remontent au III° siècle à l’empereur Probus. Sans parler des fantaisies étymologiques sur Syracuse. La Syrah remonte le Rhône jusque dans le Valais en Suisse, qui constitue sa limite nord en Europe. On ignore à quelle date le Mourvèdre a été introduit d’Espagne en France. Avant le phylloxéra ( à partir de 1863 dans le Gard), il était le cépage dominant en Provence.Répandu en Espagne (Andalousie) Californie. Quelques plantations en Russie, Crimée, Ouzbékistan et Azerbaïdjan.

Carnet de cave GSM

– Australie   Rosemount Estate   +61 8 8323 8250  –  Chaffeys Road, McLaren Vale, SA 5171 –www.rosemountestate.com.au 

– France Languedoc Domaines Paul Mas  +33 4 67901610  Nicole  Route de Villeveyrac 34530 Montagnac   info@paulmas.com   

_____________________________________________________________________________

Pour en savoir plus : Dictionnaire encyclopédique des cépages – Pierre Galet – Hachette 2000, épuisé chez l’éditeur.

cépages

 

Les Russes envahissent la Russie

« La diplomatie russe, comme vous le savez, n’est qu’un tissu de mensonges » George Nathaniel CURZON (1859-1925) en 1903

 « Les Allemands envahissent l’Allemagne » in Le Canard Enchainé – mars 1936

Nouvelle diffusion modifiée de notre précédente chronique  Les Rois de Crimée

Les vrais vins de Crimée ne se trouvent pas dans les supermarchés, mais sur le quarante-cinquième parallèle. Il faut aller les chercher sur les lieux du Crime(e) : Dans les bonnes maisons de négoce, dans des ventes aux enchères exclusives…. et bien sur en Crimée. La presqu’ile de Crimée, au bord de la Mer Noire appartient à l’Ukraine. Son climat ensoleillé la prédispose à la production des vins doux. Au milieu du XIX° siècle, le Comte Michel Woronsow, gouverneur du sud de la Russie implanta les cépages Grauburgunder, Petit Verdot, Gros Verdot, Malbec et Merlot (voir les reférences de ces cépages dans notre blogroll (colonne de droite). Il créa aussi sa propre cave de production. Il lança une vraie filière professionnelle du vin en Crimée, avec le Prince Lew Golizyn. Ils lancèrent leur premier vin mousseux en 1878 (à Nowy Swet). Une percée internationale, avec une Médaille d’Or devant les grandq champagnes français,  à l’Exposition Universelle de Paris en 1900 permit à ce vin une large diffusion.

 Aujourd’hui, des vins comme Massandra près de Yalta, atteignent  une grande qualité, après quatre ou cinq années d’élevage. Le muscat blanc est particulièrement remarquable. Aujourd’hui, la moitié de la production de  Massandra  est exportée au prix moyen de 11 € la bouteille.

Les Rois de Crimée

 

« Il faut absolument rétablir l’idée que la vie humaine est marquée par une part de risque absolument essentielle. S’il n’y a plus de risque, il n’y a peut-être plus de danger, mais il n’y a plus de mouvement, plus de chance. Le pire générateur d’insécurité, c’est le désir éperdu de sécurité. » Dominique LECOURT (né en 1944)

 

 

Les vrais vins de Crimée ne se trouvent pas dans les supermarchés. Il faut aller les chercher sur les lieux du Crime(e) : Dans les bonnes maisons de négoce, dans des ventes aux enchères exclusives…. et bien sur en Crimée. La presqu’ile de Crimée, au bord de la Mer Noire appartient à l’Ukraine. Son climat ensoleillé la prédispose à la production des vins doux. Au milieu du XIX° siècle, le Comte Michel Woronsow, gouverneur du sud de la Russie implanta les cépages Grauburgunder, Petit Verdot, Gros Verdot, Malbec et Merlot (voir les reférences de ces cépages dans notre blogroll (colonne de droite). Il créa aussi sa propre cave de production. Il lança une vraie filière professionnelle du vin en Crimée, avec le Prince Lew Golizyn. Ils lancèrent leur premier vin mousseux en 1878 (à Nowy Swet). Une percée internationale, avec une Médaille d’Or dvant les grandq champagnes français,  à l’Exposition Universelle de Paris en 1900 permit à ce vin une large diffusion.

 

 

Aujourd’hui, des vins comme Massandra près de Yalta, atteignent  une grande qualité, après quatre ou cinq années d’élevage. Le muscat blanc est particulièrement remarquable. Aujourd’hui, la moitié de la production de  Massandra  est exportée au prix moyen de 11 € la bouteille.

 

2010 – La Chine, septième producteur mondial

« Ce n’est pas leur destination originelle qui confère à ces œuvres la signification des monuments, c’est nous sujets modernes qui la leur attribuons ( … ) Un crucifix roman n’était pas d’abord une sculpture , la madone de Cimabue n’était pas d’abord un tableau , même la Pallas Athénée de Phidias n’était pas d’abord une statue – les musées ont imposé une relation nouvelle avec l’oeuvre d’art .Ils ont contribué à délivrer de leurs fonctions les œuvres d’art qu’ils réussissaient à métamorphoser en tableaux jusqu’aux portraits  Ecrits sur l’art (1957) La Pléiade – Editions Gallimard – 2004. André MALRAUX (1901-1976)

Selon une étude de  IWSR International Wine and Spirit Record, la Chine vient d’intégrer le Top Seven des premiers producteurs mondiaux de vin. Elle va atteindre une croissance de 77% de sa production à l’échéance de 2014. Avec la plus forte  augmentation du monde sur 5 ans, les Chinois sont les leaders du secteur avec les Etats-Unis et la Russie. La principale région de production est située au sud de Shanghaî Le trio Italie-France-Espagne assure la moitié de la production mondiale de vin. Les rosés et les effervescents sont en croissance. L’Italie est le premier exportateur en volume, La France le premier en valeur.

Le plus vieux champagne du monde

« La Russie est énigme, enveloppée dans un mystère, à l’intérieur d’une énigme, » Sir Winston CHURCHILL (1874-1965)

Le Monde  nous l’apprend cet après-midi : Une équipe de plongeurs suédois ont trouvé sans doute les premières bouteilles (une trentaine) de Champagne produites par la Maison « Veuve Cliquot » probablement dans les années 1780… dans une épave en route pour la Russie ?

Les expériences passées de stockage de vin dans l’eau faites à  Saint Malo ou dans un lac du Jura sont donc aujourd’hui renforcées par un stockage de plus de 200 ans.

Vins russes

« On n’attelle pas au même timon le cheval fougueux et la biche craintive » I.S.TOURGUENIEV (1818-1883)  Scènes de la vie russe 

Les boutiques de vin haut de gamme de Moscou, qui regorgent de grands crus de l’ancien et du nouveau Monde derrière leurs lourdes portes de bois,  sont réservées à la nouvelle nomenklatura, compte tenu du niveau des prix pratiqués. La France est le premier fournisseur de vins en valeur, l’Espagne le premier en volume. En 2006, la production totale russe s’est élevée à 470 millions de litres, contre 328 millions en 2005. Au sein des pays en développement, Moscou est le premier importateur de vins et spiritueux. L’Italie, l’Espagne et les Etats-Unis gagnent des parts de marché face aux fournisseurs voisins et plus anciens.

Loin de la capitale, la steppe du Kouban, occupe autour de Krasnodar, le piémont nord-occidental du Caucase. Célèbre par les Cosaques, la région abrite 31.000 hectares de vignes (presque la moitié de la surface russe) sur une terre riche et bien ensoleillée. La qualité de ce vin n’est pas aujourd’hui reconnue aussi bien au niveau international que sur le marché intérieur russe. Cela faute d’investissements dans les cépages et les outils de production des caves. Les anciennes campagnes de lutte contre l’alcoolisme, notamment la destruction des plants ordonnée par Mikhaïl Gorbatchev en 1986, ont pesé sur la qualité du vin.

Carnet de cave :  château le Grand Vostok