Le vin dans les nuages

Les bons artistes copient, les grands volent.” Pablo PICASSO (1881-1960) – cité par Donna TARTT « Le Chardonneret » – Editeur PLON, 2013 chez Apple iBooks.

 En 1770, le capitaine Cook donne à cette baie du nord-est de la Nouvelle Zélande, le nom de « Cloudy Bay » ou encore « Te koko » dans la langue des Maoris. Aujourd’hui cette appellation réfère au Big Data. Elle a été repérée par les experts de LVMH il y a presque 25 ans comme un site propice à la production de vins et ils y ont rassemblé une brillante équipe technique, qui y produit du sauvignon blanc et vinifie un pinot noir Te Wahi, vendangé plus au sud dans les terres de schistes de Central Otago. En Nouvelle Zélande, la vigne n’est apparue qu’il y a quarante ans, mais elle promet d’y rester longtemps.

Fiches techniques 

http://www.cloudybay.co.nz

http://www.lvmh.fr/le-groupe/les-societes-et-les-marques/vins-spiritueux/cloudy-bay

Comment offrir une bonne bouteille ?

 » La confidence n’est parfois qu’un succédané laïque à la confession  » Jules ROMAINS (1885-1972) Les hommes de bonne volonté

Alors que l’on nous promet en France, chaque année un nouveau millésime du siècle un peu trop providentiel au milieu d’une sérieuse crise dans la monde du vin, certains sont tentés par le repli identitaire. Pourquoi pas ?  Comme notre  colonne l’a déjà montré, il existe en Beaujolais le meilleur et le pire. Bernard Pivot est aujourd’hui fondé à défendre un terroir au cœur de la meilleure tradition. 

 La meilleure tradition pour les fêtes serait d’offrir une bouteille provenant de sa  propre cave . Même si cela ouvre une fenêtre vers le passé : Souvenirs de l’endroit de l’achat (le soleil de la Sonoma, l’orage de Cairanne), le sourire du vigneron, la nostalgie de la première bouteille ouverte….

Coté achats, l’affaire du jour (de fêtes) conduit à se tourner vers la Nouvelle-Zélande, en particulier l’excellente région du  Marlborough où les prix sont en baisse, mais pas la qualité des vins blancs.

Extinction du bouchon de liège

« Russia can have at its borders only enemies or vassals ». George F. KENNAN (1904-2005)

Ce n’est pas nouveau, mais cela va vite. Sur 17 milliards de bouteilles de vin (75cl) produits dans le monde en 2008, 2,5 milliards devraient être encapsulées (moins de 300 millions il y a cinq ans). La capsule métallique taille des croupières au bouchon de liège. Le bouchon en plastique se développe également. La suppression du goût de bouchon est le coté positif mais la réduction  (opposé de l’oxydation) causée par l’absence d’air est un inconvénient de la capsule en aluminium. La capsule est moins chère : les coûts des bouchons de liège pour le vigneron varient de 25 à 1000 euros le mille. La capsule évolue entre 50 et 150 euros le mille. 90 %  des vins de Nouvelle-Zélande et 60 % des vins australiens sont fermés avec des capsules vissées. 

 Même la France, longtemps allergique à ce mode de fermeture de la bouteille, adopte progressivement la capsule (ou le bouchon plastique pour les vins d’entrée de gamme). Les grands crus commencent à être frappés par le phénomène. De grandes bouteilles de Bourgogne comme le Chablis Domaine de la Réserve de L’Obédience du Domaine Laroche ou le Beaune premier cru de la maison  Boisset  ont adopté l’aluminium. Le liège maintient ses positions sur les vins rouges à vieillissement long.

Vins de chaleur : Summer is a state of mind

« Va vers ton risque, à te regarder, ils s’habitueront. » René CHAR (1907-1988) 

Dans l’hémisphère nord c’est l’été. C’est le meilleur moment pour s’éloigner des rouges puissants et des blancs liquoreux. La chaleur nous incite à rechercher des vins plus rafraichissants, qu’ils soient à bulle, tranquilles –  blancs, rouges ou rosés –  de Californie ou de Provence.   

Carnet de cave :  

â  Bulles de Pinot Noir 

2005 Iron horse « Wedding Cuvée »  Green Valley, Russian River Valley, California. Un Blanc de Noirs, l’élégance même avec un nez de noisette grillée et du melon mûr. En bouche de la pomme verte  teintée de cannelle. 24 €.

â  Blanc tranquille 

2006 St. Supery   “Virtu”, Napa Valley, California  Le juste équilibre entre le Sauvignon Blanc et le Sémillon, de style bordelais. Aromes de nectarines, et de pêches jaunes, que l’on retrouve en bouche avec une grand minéralité. Grande fraicheur actuelle. L’alternative pour les amateurs de Chardonnay. 18 €.

â  Rosé tranquille 

2007     Château d’Aqueria  (Tavel, France)   Grenache dominant qui offre des notes de fraise et de pastèque mélé à l’épice. Vous vous convertirez au rosé après avoir siroté ce vin. 12 €.

â  Pinot noir tranquille

2006  Matua Valley Pinot Noir, Marlborough (New Zealand)

Arômes  de framboise et de cerise. En bouche, une légèreté associée à une grande complexité. Sensation épicée avec les fruits rouges. Déjà accessible dans sa jeunesse. Vieillissement en fût de chêne.9.50 €.

Crus du ciel

« L’ordre est la première loi du ciel » Alexander POPE (1688-1744) 

Nous pouvons désormais retrouver le plaisir du vin non seulement dans les aéroports, mais aussi dans les avions :  Depuis vingt ans les Cellars in the sky Awards sont une compétition internationale organisée par le magazine britannique Business Traveller. En 2007, pas moins de 26 compagnies aériennes de premier plan ont soumis une sélection de leurs meilleurs crus à l’appréciation des juges, tous experts en vin. Durant deux jours, les juges ont dégusté à l’aveugle plus de 200 flacons différents. La compagnie lauréate American Airlines  dispose de quinze cartes de vins différentes, avec 60 vins par mois, vins renouvelés en permanence. Les passagers de Première Classe et de la classe Affaires  se voient conseiller des alliances avec les plats du menu gastronomique.

Parmi les vins primés, nous citerons notamment :  

  • Pour le vin liquoreux, la sélection du Domaine Weinbach  Clos Capucins Gewurztraminer d’Alsace.

  • Le meilleur vin rouge (première classe) est le  Knappstein Shiraz  2001, Clare Valley, en Australie.

  • Le meilleur vin doux liquoreux (première classe) est
    la Plaza Vieja, Medium Golden, Emilio Lustau  en Espagne.

  • le meilleur vin blanc (première classe) le Domaine du Castel  Jérusalem Haut Judée, Chardonnay 2005,

  • le meilleur vin blanc :   Gérard Bertrand –  Domaine de Cigalus 2005, Languedoc-Roussillon.

  • le meilleur pétillant (première classe)  Taittinger  Comtes de Champagne 1997.

Carnet de cave : voir les résultats complets  de cette compétition.