Beaujolais : Less sugar, more pesticides (1)

« Je ne peux pas vous fournir la formule menant au succès mais je peux vous donner celle de l’échec : Essayer de plaire à tout le monde » Herbert B. SWOPE ( 1882-1958)

« I can not give you the formula for success but I can give you one of failure: Try to please everybody » Herbert B. SWOPE (1882-1958) 

Il y a 25 ans des camions de sucre sillonnaient les terres du Beaujolais pour contribuer à une chaptalisation excessiBeaujolaisve. Il y a 20 ans les appareils d’imagerie à résonance magnétique des Hôpitaux de Lyon aidaient le service des Douanes Françaises à détecter les sucres de betterave ajoutés dans les vins du Beaujolais. Aujourd’hui on traque les bois non naturels et les pesticides : Selon la romancière Patricia CORNWELL, je cite : « La chromatographie en phase gazeuse couplée à la spectrométrie de masse ( CG-SM eut être utilisée pour anamyser les déoxy-inositols (notamment le pro-quercitol). Voilà un moyen trés intéréssant d’identifier l’origine botanique des bois naturels utilisés pour le vieillissement des vins et alcools pour en garantir l’authenticité dans les sols et dans le vin lui-mêmité. Par exemple, un viticulteur prétend qu’un vin rouge a été vielii en fûts de chêne français. La CG-SM prouve que
non, le vin a été vieilli en fûts de chêne américain.

Dès 2009, nous avions souligné la présence de pesticides dans les sols et dans le vin lui-même. Cette question devient aujourd’hui prégnante. Selon plusieurs études départementales en témoignent, même si elles manquent de précisions cf les cartes établies par  Raphaël SCHIRMER  – Le Beaujolais fait partie des régions particulièrement touchées. A tel point que, à Lyon  le  Cancéropôle CLARA a lancé depuis 2014 une étude pour recenser les risques pour la santé pour les populations du Département du Rhône, populations habitants à proximité des exploitations viticoles. 

Capture d’écran 2016-05-16 à 10.00.33

25 years ago, sugar trucks plying the Beaujolais land to contribute to excessive chaptalisation ( to add sugar). 20 years ago imaging devices magnetic resonance Hospitals of Lyon helped t
he service of French Customs to detect beet sugars added in the Beaujolais wines. Today we hunt unnatural wood and pesticides: According to the novelist Patricia CORNWELL, I quote : 
 « The gas chromatography linked to mass spectrometry (GC-MS was used to be the anamyser deoxy-inositol (including pro-quercitol). This is a very good way to identify the botanical origin of natural wood used for aging wine and spirits to ensure its authenticity in soils and wine. For example, a wine producer claims a red wine was aged in French oak barrels. the GC-MS prove that  the wine was aged in American oak barrels.

From 2009, we noted the presence of pesticides in soil and in wine. This question now becomes pregnant. Several departmental studies have shown, even if they lack details see the maps drawn by  Raphaël SCHIRMER

Beaujolais is one of the most affected regions. At which point, The  Cancéropôle CLARA ( Local Agency for Research on Cancer in Lyon) launched since 2014 a study to identify health risks for the population of the Rhone district, residents populations nearby vineyards.

Vendange fatale 2 – Deadly harvest 2

« Vous voulez vivre une seule vie  ? Surtout ne lisez pas ! » Umberto ECO (né en 1932)

« You want to live a single life? Above all do not read! » Umberto ECO (born 1932)

Auteur d’une vingtaine de thrillers, dont une série autour du vin avec le célèbre Archibald Capture d’écran 2015-03-20 à 14.53.35Sirauton,Sirauton, Philippe BOUIN vit aux confins du Beaujolais et de la Bourgogne. Il nous explique :  « Un thriller a des exigences que n’a pas un roman policier classique. Pour qu’il vous accorde ses grâces, il est impératif de respecter trois règles : d’abord, la constance du ton et de l’ambiance ; ensuite, la patte différentielle de l’écriture ; enfin, et non des moindres, l’originalité exclusive de la “solution” : il convient d’aller au-delà des normes du suspens ! Bref, le démarquage est essentiel, l’auteur doit conquérir son terrain, le cultiver, le personnaliser, ou, si vous préférez, éviter de faire « à la manière de…». » (Philippe Bouin, interview par Serge Perraud, sur le site bibliosurf.com )

Jean Pierre ALAUX, né en 1955, est originaire de Cahors (Lot) _ Il est l’auteur de la série oeno-policière Le sang de la vigne , (23 volumes)  qui fait l’objet d’une série télévisée avec Pierre ARDITI et diffusée sur France 3. Une transposition en BD vient de démarrer aux Editions Glénat  Mission à Haut-Brion. Dernière parution La Pomme de Rocamadour

Author of a score of thrillers, including a series around the wine with the famous Archibald  Philippe BOUIN lives in the borders of Beaujolais and Burgundy. He explains: « A thriller has requirements that does not have a classic detective novel. To grant you his graces, it is imperative to abide by three rules: first, the constancy of the tone and the atmosphere; then, the differential bracket of writing Finally, and not least, the exclusive originality of the « solution »: it is appropriate to go beyond the standards of the suspense! «Short, unmarking is essential, the author must conquer his land, cultivate it, customize it, or, if you prefer, avoid ‘ how…».» (Philippe Bouin, interview by Serge Perraud, on the bibliosurf.com   website)

Jean Pierre ALAUX, born in 1955, is a native of Cahors (Lot) _ he is the author of the Capture d’écran 2015-03-20 à 14.58.11oeno-detective series blood of the vine (23 vols.), which is the subject of a television series with Pierre ARDITI and broadcast on the french TV. .A transposition into BD has just started to Glénat Editor  Mission at Haut-Brion. Last release Rocamadour’s Apple.

Aujourd’hui ? l’inquiétude des #taux

« Rappelons quelques éléments de comparaison : L’Allemagne a dégagé en 2013 un excédent commercial de 198 milliards €, la France un déficit de 60 milliards. Le taux de chômage en Allemagne est de 4,9 %, de 10,2 % en France. Les comptes publics allemands sont à l’équilibre, ceux de la France en déficit de 4,3 %. Malgré ces chifres, beaucoup continuent à essayer de nous vendre l’idée que c’est l’Allemagne qui fait fausse route et que l’obsession de l’austérité de Mme Merkel est responsable de tous nos maux. » Pierre-Antoine DELHOMMAIS – Le Point du 23 octobre 2014.

D’habitude, les vignerons surveillent les taux de rendement de la vigne à l’hectare, ou le titre alcoométrique volumique, c’est à dire l’indication en pourcentage de la quantité d’alcool pur contenue dans un vin. Aujourd’hui mercredi, les données à surveiller viendront de la Réserve Fédérale Américaine (Fed) qui publiera un communiqué sur l’évolution des taux directeurs américains. Après 6 ans de facilités financières ( quantitative easing), les spécialistes nous annoncent une réduction progressive de ces facilités, à partir du second trimestre 2015. Cette évolution laisse penser à une freinage de l’économie mondiale avec ses conséquences sur les achats/ventes de vin. Jeudi, la publication des chiffres du PIB américain pour le troisième trimestre donnera des indices supplémentaires sur le sens de ces évolutions. La réduction des liquidités ne favorisera pas la vente des vins worlwide

Fromage : La guerre « rouge » versus « blanc »

Dominique RAMEL (1760-1829), ministre des Finances du Directoire, avait eu cette formule superbe en décrétant la banqueroute dite des « deux tiers » en 1797 : « J’efface les conséquences des erreurs du passé pour donner à l’Etat les moyens de son avenir. » 

 En remontant aussi loin que notre mémoire nous le permet, l’association « fromages et vin rouge » reste un classique. Puis le vin blanc s’est imposé depuis une vingtaine d’années. Cette guerre de religion ne cesse de se développer. « Oubliez le rouge » nous disent les sommeliers.  Au contraire, d’autres nous prédisent  Le retour du vin rouge 30/4/12. Le bon goût oblige à équilibrer le jugement en la matière :  

– Certains  fromages supportent les deux couleurs de vin, d’autres non

– La proximité géographique fromage/vin n’est pas toujours opportune

– Les alliances sont souvent spécifiques entre un fromage et un vin, quelle que soit la couleur du vin. 

A télécharger   Alliance avec fromages   un fichier Excel® qui propose des alliances  entre vins et fromages pour lancer le débat.

 Sites de référence sur le fromage    

Cheese Connoisseur     Artisanal Cheese      Androuet  

 

Faire fortune avec le vin (2)

En 1939, un des personnages du film « Stagecoach – en français – La chevauchée fantastique »  est un banquier nommé Gatewood qui sermonne son auditoire captif sur les méfaits du gouvernement, particulièrement des régulations bancaires — « comme si nous les banquiers, on  ne savait comment faire pour diriger nos propres banques ! », il s’exclame-t-il. En cours de film, nous apprenons que Gatewood est un escroc qui  se promène de ville en ville, avec une sacoche pleine de fonds détournés. Anonyme

Nous l’avions évoqué, il y a milles façons de   Faire fortune avec du vin , entre les fonds de placement dédiés, les fermages, l’achat de bouteilles conservées et revendues par un gérant spécialisé. Oui, vraiment Wine  is money  …A chacun de trouver sa méthode selon ses moyens !

Mais aujourd’hui avec la crise économique ambiante, un placement dans le foncier rural devient attractif : Bien sur, les terrains porteurs appellations prestigieuses, sont hors de prix, comme les vins qu’elles produisent : L’hectare de vigne en Côte d’Or, la bien nommée (Bourgogne-France) vaut 439.000 €. A Bordeaux, un hectare de Margaux ou de Pauillac se négocie à  1.2 million €. Un Saint-Emilion ressort entre 200.000 et 600.000 €. Un Châteauneuf-du-Pape (Vallée du Rhône) se situe autour de 390.000 €. L’hectare champenois atteint le million d’euros.

Dans les appellations  plus modestes, les prix du Beaujolais , à l’hectare, s’étalent entre dix mille et cent dix mille euros. En Provence générique autour de dix mille euros, avec de 85.000  à 120.000 € pour les appellations Bandol ou Cassis. Dans la vallée du Rhône, les génériques tournent autour de 17.000 euros avec 30.000 € pour une appelleation Villages . Le Val de Loire ne dépasse pas 20.000 €  le Languedoc quinze mille euros. Le rapport capital investi/revenu annuel est très faible : De l’ordre de deux à trois points avec quelques avantages fiscaux et patrimoniaux.

Euro fort, exportations faibles

« Le secret de tout art d’exprimer consiste à dire la même chose trois fois : on dit qu’on va la dire, on la dit, on dit qu’on l’a dite» Jean GUITTON (1901-1999)

  Les vins européens et français en particulier seraient-ils trop chers ? Trop chers en US $ et en £ sterling  (GBP) ? Depuis 2007, toutes les études de marché le montrent. Le décrochage est réel, plus en volume qu’en valeur. Les importateurs britanniques et américains , qui supportent le risque de change (voir les cours en direct dans notre colonne de droite) trouvent les vins européens de plus en plus chers. Résultat : Les exportations de bordeaux rouge ont outre-manche ont reculé de 40 % depuis 2007. Aux Etats-Unis, les vins de la vallée du Rhône, du Languedoc et le Beaujolais ont beaucoup souffert. Les hausses de tarifs pratiqués par les opérateurs nationaux européens, ajoutés au change défavorable ont ruiné beaucoup d’efforts. A l’inverse, prix moindres et taux de change ont fait la fortune des producteurs australiens et chiliens.             

Uniquement des demi-bouteilles (Only half bottles)

« La différence entre littérature et journalisme, c’est que le journalisme est illisible et que la littérature n’est pas lue » Oscar WILDE (1854-1900) 

En Californie, Half Wit Wines  commercialise exclusivement des demi-bouteilles avec un grand choix de vins du monde. Le port est gratuit pour certains Etats américains. Cette vague, cette vogue de la demi-bouteille (37,5 cl) est ancienne, même si le format « demi » a varié au cours des siècles.  

Le Pot lyonnais  a connu de nombreuses capacités pour arriver à sa capacité actuelle de 46 centilitres. Utilisé pour les vins du Beaujolais et de la Vallée du Rhône, au Moyen-âge, l’unité de mesure s’appelle l’asnée d’une contenance de 93 litres. C’est la quantité que peut transporter un âne. Au XVIème Siècle, apparait l’unité de mesure : le pot. Il contient alors 2,08 litres. Au XVIIème Siècle, le pot diminue de moité (1,04 litre). Au XIXème Siècle, en 1843, que le pot lyonnais sera ramené à 0,46 litre. Il est possible de trouver des vieux pots dans les brocantes. Les pots neufs sont en vente sur internet  chez oxygenes. Son fond de de bouteille de quatre centimètres d’épaisseur lui a valu le surnom de « gros cul ». Fabriqué en verre de récupération, au ton vert, avec des bulles dans le verre, il donne à nos tables le parfum de l’authentique.  Voir photos dans le portfolio.

Comment offrir une bonne bouteille ?

 » La confidence n’est parfois qu’un succédané laïque à la confession  » Jules ROMAINS (1885-1972) Les hommes de bonne volonté

Alors que l’on nous promet en France, chaque année un nouveau millésime du siècle un peu trop providentiel au milieu d’une sérieuse crise dans la monde du vin, certains sont tentés par le repli identitaire. Pourquoi pas ?  Comme notre  colonne l’a déjà montré, il existe en Beaujolais le meilleur et le pire. Bernard Pivot est aujourd’hui fondé à défendre un terroir au cœur de la meilleure tradition. 

 La meilleure tradition pour les fêtes serait d’offrir une bouteille provenant de sa  propre cave . Même si cela ouvre une fenêtre vers le passé : Souvenirs de l’endroit de l’achat (le soleil de la Sonoma, l’orage de Cairanne), le sourire du vigneron, la nostalgie de la première bouteille ouverte….

Coté achats, l’affaire du jour (de fêtes) conduit à se tourner vers la Nouvelle-Zélande, en particulier l’excellente région du  Marlborough où les prix sont en baisse, mais pas la qualité des vins blancs.

Krach en Bourgogne

« Les gouvernants mettent des cierges dans toutes les églises dans l’espoir que la reprise soit réelle, mais en ayant renoncé à comprendre ce qui s’est passé » Marcel GAUCHET (né en  1946)

Après la crise du printemps à  Bordeaux, les trous dans les bulles de Champagne cet automne, voila la grande tourmente qui se profile en Bourgogne pour l’hiver. Après quatre années de croissance continue, les exportations de vin de Bourgogne on chuté de près de trente pour cent depuis janvier 2009 (les exportations représentent 45 % des ventes). Seule consolation, lors de la vente des Hospices de Beaune du 15 novembre dernier, les prix ont rebondis après la chute de l’an dernier.  

Dans le Beaujolais, les cours continuent à baisser et un bon millier de viticulteurs ont disparu depuis 10 ans. Plusieurs domaines sont à céder.

Le Beaujolais, c’est du Bourgogne ?

« Si seulement Dieu me donnait une preuve réelle de son existence ! Comme par exemple déposer une grosse somme à mon nom dans une banque suisse ». Woody ALLEN (né en 1935) 

Une dispute vient d’éclater entre les producteurs de bourgogne générique (appellation régionale) et les producteurs de Beaujolais  à propos du maintien de  la possibilité offerte aux viticulteurs de beaujolais de se reclasser officiellement en vin de Bourgogne. Ce fait est acquis depuis un décret de 1937. La crise fait que les vignerons du Beaujolais arrachent leurs vignes à vin rouge et les remplacent par du chardonnay, qui peut être vinifié au choix,  soit en beaujolais blanc, soit en bourgogne blanc. En rouge, c’est une autre affaire les cépages sont distincts (gamay et pinot noir). Allons nous vers une Grande Bourgogne de Bully à Marsannay ?