Triptyque de cépages (2)

« Toute nation a le gouvernement qu’elle mérite » Joseph de MAISTRE (1753-1821)

Nous avions évoqué le Triptyque des cépages Grenache, Syrah et Mourvèdre, un classique des régions tempérées et chaudes. Les Australiens viennent de donner un caractère sacré à cette alliance (voir photo ci-dessous).

La Sainte Trinité  ?

La Sainte Trinité ?

Un autre alliance vient de prendre la forme d’un nouvel acronyme sur la Côte Ouest des Etats-Unis : CMS comme Cabernet-Sauvignon, Merlot et Syrah chez Hedges Family Estate dans la Columbia Valley. En attendant MR pour Marsanne-Roussanne ? photo ci-dessous)

Pour en savoir plus  Dictionnaire encyclopédique des cépages – Pierre Galet – Hachette 2000, épuisé chez l’éditeur.

CMS

Quand le vin chinois nous envahira !

Barossa Valley (Australie)

« – Que pensez-vous des Chinois ? – Je ne sais pas, je ne les connais pas tous. » Paul CLAUDEL (1868-1955) 

Cina è vicina . disions-nous….Même très proche… Quand le vin chinois s’éveillera….Il est en plein réveil !  Il est aujourd’hui au cinquième rang en matière de production viticole dans le monde. Avec les Etats-Unis, c’est la seule des grandes nations à voir croître régulièrement ses surfaces plantées depuis cinq ans. L’augmentation de la production suit celle de la consommation de vins.

Après avoir acquis, en primeurs, une grande partie des volumes disponibles des crus classés de bordeaux 2009 et 2010, la Chine semble vouloir imposer par sa valeur propre, en démontrant aux spécialistes qu’elle peut aujourd’hui élaborer des vins de grande qualité en mesure  de concurrencer ceux des grands vignobles qui l’ont inspirée et en particulier la France.

La Chine produisait déjà du vin il y a deux mille ans, mais le nouveau départ du vignoble chinois s’est déroulé après la libéralisation économique dans les années 1990 sous l’impulsion d’opérateurs internationaux mariés avec des entreprises publiques chinoises. Aujourd’hui les domaines viticoles sont conçus comme des châteaux autour de 30 hectares de superficie. Quantitativement, les choses sont claires : plus de 80 % du vin consommé en Chine est d’origine locale. L’épopée du vin de Chine  n’en est qu’à ces débuts…

Expertise des vins de table

 » Quiconque pense qu’un départ grec ( de la zone euro) pourrait être un assainissement et ne pas être une cause de contagion systémique se berce d’illusions, » a déclaré Simon TILFORD, chef économiste au  Center for European Reform in London – New York Times du 21 mai 2012

« La Grèce est prisonnière d’un cercle vicieux d’insolvabilité, de perte de compétitivité, de déficits externes et d’une dépression qui prend de plus en plus d’ampleur. La seule façon de sortir de cette crise consiste à instaurer un processus ordonné de sortie de zone et de défaut de paiement, coordonné et financé par la Banque centrale européenne, l’Union européenne et le Fonds monétaire international (la troïka), et qui réduira au minimum les dégâts collatéraux pour la Grèce et le reste de la zone euro »  écrit Nouriel ROUBINI, président de Roubini Global Economics et professeur à la Stern School of Business (New York University) – les Échos du 21 mai 2012

Les petites appellations françaises ont-elles enfin trouvé l’introuvable clé de la porte des marchés étrangers face à leurs concurrents américains, chiliens ou australiens   ?

Cette production bas de gamme, désormais baptisée « Vins de France » , autrefois « vins de table » est en route pour le succès. Leurs exportations sont en hausse de 25 %. La progression est particulièrement importante vers la Chine, où les ventes ont bondi de 63 %.

Cela représente 20% des vins exportés depuis la France. La réussite provient de  la simplicité de la présentation, qui repose sur une marque, un cépage et une provenance :  Un langage nettement plus simple que la multitude d’appellations complexes et de notions de terroirs confinés, dont les vins français regorgent. La clientèle étrangère y trouve les mêmes repères que sur les bouteilles venues du Nouveau Monde du vin. La mention des cépages s’avère particulièrement bienvenue. Le prix s’échelonne entre 4 et 5 euros.

Where will “wines sales” growth come from ?

« La confidence n’est parfois qu’un  succédané laïque à la confession » Jules ROMAINS
(1885-1972) Les hommes de bonne volonté

 

Dans une conjoncture économique difficile, d’où viendra la croissance des ventes de vin ?  

  1. Bien sûr du marché asiatique, essentiellement la Chine.
  2. Lors de la chute éventuelle de l’euro : des Etats-Unis, de l’Australie, de l’Inde
  3.  Des vins dont le prix de vente est inférieur à 50 $
  4. Du développement de l’oenotourisme de proximité

 La croissance ne viendra pas :

  1. Des sites de ventes par internet
  2. De la consommation des  particuliers
  3. A cause des augmentation des taxes sur l’alcool
  4. Des pays européens

Les vins (de Bordeaux) menacés par le feu ?

 Some say the world will end in fire, some say in ice” Robert FROST (1874-1963)

 

A la veille de l’ouverture du salon bordelais VINEXPO du 19 au 23 juin, la sécheresse actuelle qui sévit en France, si elle profite à la vigne rend les forêts qui les entourent très dangereuses.  L’incendie des Landes en août 1949 fit 82 morts …. Et le ciel de la ville de Bordeaux est devenu noir de fumée et de cendres. Les vignes de Léognan furent endommagées. Aujourd’hui de nombreux massifs forestiers sont périphériques des grandes zones de production viticoles françaises : Alsace, Côtes de Provence…… D’autres régions viticoles du Monde, comme la Californie ou encore l’Australie ont été, par le passé,  victimes de tels désastres.

Eloge du Zinfandel

« Il n’y a point de contrainte en religion » Le Coran, sourate II, verset 256
Si le cépage Zinfandel est identique au cépage croate Crljenak Kaštelanski, il est originaire des Pouilles (Italie) où il est nommé Primitivo. Prépondérant en Californie, jusqu’en 1998, il est aujourd’hui en seconde position derrière le cabernet-sauvignon. En progression tout de même en Californie, où il occuppe 20.000 hectares versus 14.000 hectares en 1978. Cépage de vin rouge, il possède un clone de blanc (diffusé aux Etats-Unis, en Australie & en Afrique du Sud)
Il donne des vins charpentés et de bonne garde quand ils sont bien vinifiés.Parfois épais et sans finesse dans les arômes de fruits rouges (framboise et cassis).
Carnet de Cave
PRIMITIVO DI MANDURIA DOC   Sessantanni 2006 – Pouilles – Italie.
Provenant de la commune de San Marzano, des vignobles Neviera et Casa Rossa. Cette appellation d’une superficie d’environ 800 hectares, est réputée pour la production de vins rouges concentrés et même de vins liquoreux, naturellement doux ou mutés. La robe, grenat pourpre est d’une grande profondeur. Le nez est ample et complexe, très fruité, marqué par des arômes de confiture de prune et de cerise, de tabac blond légèrement épicé. La bouche est de grand corps, présentant une note balsamique, dotée de tannins fins et soyeux. La finale s’exprime sur des épices très doux, et des saveurs de cacao, café et vanille.

Euro fort, exportations faibles

« Le secret de tout art d’exprimer consiste à dire la même chose trois fois : on dit qu’on va la dire, on la dit, on dit qu’on l’a dite» Jean GUITTON (1901-1999)

  Les vins européens et français en particulier seraient-ils trop chers ? Trop chers en US $ et en £ sterling  (GBP) ? Depuis 2007, toutes les études de marché le montrent. Le décrochage est réel, plus en volume qu’en valeur. Les importateurs britanniques et américains , qui supportent le risque de change (voir les cours en direct dans notre colonne de droite) trouvent les vins européens de plus en plus chers. Résultat : Les exportations de bordeaux rouge ont outre-manche ont reculé de 40 % depuis 2007. Aux Etats-Unis, les vins de la vallée du Rhône, du Languedoc et le Beaujolais ont beaucoup souffert. Les hausses de tarifs pratiqués par les opérateurs nationaux européens, ajoutés au change défavorable ont ruiné beaucoup d’efforts. A l’inverse, prix moindres et taux de change ont fait la fortune des producteurs australiens et chiliens.             

Exportations : La catastrophe continue

« Je préfère un homme à paradoxes qu’un homme à préjugés » Jean Jacques ROUSSEAU (1712-1778)

La consommation mondiale de vin est en baisse : La baisse a été particulièrement marquée en Europe, avec une chute de 6,5 % entre 2007 et 2009. En France et en Italie, la crise a en effet amplifié un déclin relativement ancien, notamment en raison des campagnes contre l’alcoolisme. Ce qui est nouveau, c’est que les pays importateurs comme l’Allemagne ou le Royaume-Uni, où la consommation progressait, ont eux aussi réduit leurs achats. Au niveau mondial, les pays où le marché du vin a progressé en 2009 sont extrêmement rares comme  le Brésil, l’Australie…   

Fausse première place !

« Les crises, on peut les prévoir, les adoucir, s’en préserver jusqu’à un certain point, faciliter la reprise des affaires ; mais les supprimer, c’est que jusqu’ici, il n’a été donné à personne. » Clément JUGLAR (1819-1905)

Selon les statistiques provisoires de l’ Organisation Internationale du Vin, la France serait redevenue en 2009, premier producteur mondial de vins (en quantité). C’est à plusieurs égards une mauvaise nouvelle :   

  • Dans le village mondial du vin, ce n’est pas forcément un signe de dynamisme. Il faudra attendre les résultats en valeur de la production et des exportations (en forte baisse) pour confirmer ces informations.
  • La récente manifestation des vignerons européens à Montpellier (France) témoigne d’un malaise profond. Dans le Languedoc, les pertes à l’hectare dépassent les 1000 euros chez certains vignerons.
  • Il ne suffit pas de produire, encore faut-il  vendre le vin produit. Nos récentes colonnes montrent la difficulté de ce travail.
  • La différence avec l’Italie est faible  :  45,7 millions d’hectos pour la France, 45,5 pour l’Italie et 34,2 pour l’Espagne qui sont les trois plus gros producteurs en Europe
  • Les quantités produites dans l’hémisphère sud se stabilisent : Baisse en Afrique du Sud et en Australie, légère croissance au Chili et en Argentine

La crise australienne continue !

« La différence entre ces deux univers tenait à ce qu’à Boston l’objectif principal était de ne rien entreprendre, alors qu’à New York il s’agissait de supplanter tout ce qui avait été fait jusqu’alors » Jeb RUBENFELD 

De 1999 à 2007, l’Australie était devenue une star du vin mondial du vin et le quatrième exportateur. Déjà évoquée dans nos colonnes en avril 2009, la crise qui frappe aujourd’hui l’ Australie du vin perdure :le prix moyen du vin vendu est en baisse (moins 25% en 10 ans). Depuis 2004, l’Australie a dépassé la France et l’Italie sur le marché britannique. Mais la plupart des vins australiens sont vendus au Royaume-Uni dans des supermarchés où la guerre des prix fait rage avec les vins d’Afrique du Sud, du Chili et d’Argentine. Sur le marché américain, les ventes de vin australien ont chuté de 25 % en valeur depuis leur sommet de 2007. Aujourd’hui, les ventes de vins australiens augmentent vers  l’Asie, et en particulier la Chine.