Pot-de-vin, bribe, bustarella !

Digital StillCamera« L’aubergiste, à la fin, consentit à donner les cinquante écus. Ils signèrent l’acte le lendemain. Et la mère Magloire exigea dix écus de pots-de-vin » Guy de MAUPASSANT  (1850-1893)  – Contes et nouvelles, tome 1

Qu’il soit  lyonnais ou de Californie, le pot, destiné a recueillir du vin, parfois nommé pichet ou  cruche voire broc, peut être constitué de matériaux très différents : Terre cuite, étain, verre, cristal, faïence ou céramique. Il a différentes capacités.

Au départ simple pourboire, le pot-de-vin est devenu péjoratif en se rapprochant de la corruption. On l’offre, on l’accepte ou on le touche sans le boire. Dans le langage des métiers des travaux publics, le pot-de-vin nomme un carrefour giratoire, un rond-point « avec la priorité donnée aux véhicules engagés sur l’anneau. La France compte 40.000, la moitié du nombre total dans la monde. » Le Point du 18/12/2014 –

Mais n‘en faites pas un instrument de mesure de la corruption dans les collectivités locales. Transparency  vous sera d’un meilleur conseil !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s