L’étrange faillite de «1855»


« J’ai des questions à toutes vos réponses » Woody ALLEN (né en 1935)

« La balle qui vous tue ne vous frappe jamais entre les deux yeux. Elle vous atteint toujours à la tempe. Vous ne la voyez jamais venir parce que vous regardez forcément dans la mauvaise direction ». Jeff WACKER

 Nous avions chroniqué en novembre 2007  sur les simulacres de dégustation organisée par cette société. En avril 2008, nous nous étions livré à l’exercice comparatif  des prix avec un vin de Sicile. Puis un communiqué du 10 octobre 2013 nous annonce que la société Héraklès  , maison mère de 1855 déclare « s’être placée hier sous la protection du tribunal de commerce de Paris, en demandant l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire, afin de mettre en place un plan de traitement global et équitable des derniers clients attendant des bordeaux primeurs ». « Les filiales opérationnelles du groupe – 1855, ChateauOnline, Caves de la Transat et Cave Privée – ne sont aucunement concernées par cette procédure », précise le communiqué. Mais….

Capture d’écran 2013-12-14 à 03.04.25

Le 29 octobre, un client passe commande d’une bouteille de Chateau d’Yquem d’après l’annonce ci-dessus. Prix 195 € : L’écart avec le prix du marché annoncé  est très exagéré, mais les comparateurs de prix lui indiquent que ce prix est acceptable. Le débit de cette somme est effectué sur sa carte bancaire, le 29 octobre, le jour même de la commande. Notons que la plupart des grands opérateurs (Amazon) débitent l’achat le jour de l’expédition.

Puis un message du  4 décembre : « Vous avez passé une commande auprès de 1855 et nous vous en remercions …Nous avons été informés par notre fournisseur que l un de vos vins n est plus disponible dans le millésime initialement commandé :- Château d’Yquem 1996 » Le même message contient une proposition de substitution à la marchandise manquante avec le millésime 2002 : Pas de précision de prix. Après renseignement, le prix proposé pour le 2002 est de 175 €, mais la différence de prix lui serait restituée sous forme d’avoir !  

Refusant cette offre, le client a demandé le 5 décembre le remboursement intégral de la commande. Alors qu’il est tout à fait courant de créditer un client sur sa carte de paiement, il lui est demandé un relevé d’identité bancaire ! Cela fait gagner du temps et de la trésorerie. Le client ne sera jamais remboursé –  No comment !   

Revue de presse  

La   Revue du Vin de France de décembre 2013  nous en dit plus sur cette étrange faillite.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s