Exportations : le risque de la hausse des prix

Image

« Le pouvoir n’use que ceux qui ne l’ont pas » Giulio ANDREOTTI (né en 1919)

« Qui frappe un roi doit le frapper à mort » l’empereur Domitien (51-96)

Durant l’année 2012, les vins (et alcools) français ont battu, une nouvelle fois un record à l’exportation en valeur (plus de 11 milliards €. C’est le deuxième poste de notre commerce extérieur, après l’industrie aéronautique. Ce chiffre reste très fragile : Sur les dix dernières années,  les parts de marché en volume on baissé de 10 % alors qu’elles ont augmenté de 30 % en valeur sur la même période. Cognac, Champagne et Bordeaux affichent délibérément une politique de hausse continue des prix à l’export notamment vers la Russie, la Chine ou l’Inde. Nos concurrents italiens et espagnols ont une stratégie à l’export beaucoup plus axée sur la croissance des volumes. Nous apercevons donc les risques d’un telle politique en cas de retournement des prix sur le marché.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s