Bras de fer à Bordeaux

«Si nous voulons que tout continue, il faut d’abord que tout change.» Francesco ALLIATA, prince sicilien (né en 1921)

«Il faut bien que les choses changent, pour que tout reste comme avant» Giuseppe Tomasi di LAMPEDUSA (1896-1957)

Le parcours  des « tastings » des quatre mille combattants du vignoble (journalistes, cavistes et acheteurs du monde entier) bordelais s’est animé, la semaine dernière, autour du bras de fer entre les négociants bordelais forts de leur monopole du commerce du vin  et les propriétaires dont ils attendent des baisses après deux années de folie pour les millésimes 2009 et 2010. Une bouteille de Château Lafite Rothschild se vendait 60 € en 2002 pour arriver à 500 € pour les années 2009 et 2010. Résultats dans quelques semaines …

Revue de presse  et bibliographie

  Jean MERLAUT     Jacques DUPONT  

Les EchosLe New York Times   Le New York Times 2

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s