Vallée du Rhône : Après le nucléaire, les derricks ?

“ Si nous voulions, par quelque bizarre fantaisie, trouver un mauvais melon, nous serions obligés de le faire venir de Paris, il ne s’en trouve point ici.” Marie de Rabutin-Chantal, Dame DE SEVIGNE (1626-1696) – à propos de Grignan (Drôme) – Lettre du 9 septembre 1694.  

Nous avions évoqué en mai 2009 sans les exagérer les dangers multiples pesant sur le vignoble rhodanien. Le nucléaire est largement répandu dans le vignoble français : Au pied de la Côte Rotie, dans le Blayais, entre Montauban et Agen, sans aucune perte d’image pour ces vignobles.  L’attribution d’un vaste  permis TOTAL  pour rechercher du gaz et du pétrole devra bien se cacher dernière la nouvelle appellation   GRIGNAN-LES ADHEMAR, qui devrait remplacer l’AOC Tricastin à partir de la vendange 2010.

2 réflexions au sujet de « Vallée du Rhône : Après le nucléaire, les derricks ? »

  1. Rien compris, la faute au grignan-adhemar ?
    Doucement sur le jaja lorsqu’on doit taquiner le clavier, faut lui préférer l’eau ferrugineuse.
    Santé!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s